Ma réserve parlementaire en toute transparence

22 mars 2013
Ma réserve parlementaire en toute transparence

Article paru dans Le Parisien 92 du 22 mars 2013 :

« Dans les Hauts-de-Seine, les députés sont très majoritairement favorables aux nouvelles règles de répartition et de transparence.

A gauche :

Alexis Bachelay, député PS de la 1re circonscription, a été le premier à dévoiler le détail de son enveloppe : 30000 € pour chacune des trois communes de son territoire (Gennevilliers, Colombes et Villeneuve-la-Garenne), pour des travaux d’accessibilité. Et les 40000 € restant pour quatre associations. « Il y a eu un débat au sein du groupe PS car certains élus étaient pour la suppression de la réserve, considérant qu’il s’agissait d’une forme de privilège, explique le jeune député. Mais la maintenir était aussi pertinent car elle permet de préserver un lien avec le territoire et de travailler avec les acteurs locaux. »

Son voisin Sébastien Pietrasanta, nouveau député PS sur Colombes et Asnières, a décidé de donner entre 15000 et 18000 € à quatre associations des secteurs de l’enfance et de la jeunesse, et le reste pour des travaux d’accessibilité.

Dans le sud du département, la socialiste Julie Sommaruga a demandé à « ses » trois villes (Bagneux, Malakoff et Montrouge) si elles avaient besoin d’aide pour financer un projet en particulier. Seules Bagneux et Malakoff ont répondu. Pour la première, elle versera 2000 € à l’association le Plus Petit Cirque du monde et 84500 € pour aider la municipalité à rénover une façade de l’école Henri-Wallon. Pour la seconde, elle financera à hauteur de 40000 € les travaux d’accessibilité de la mairie.

Jean-Marc Germain, député PS de Clamart, Châtillon, Fontenay-aux-Roses et du Plessis-Robinson, a décidé de soutenir chaque année un projet d’envergure de sa circonscription. En 2013, Fontenay bénéficiera de 100000 € pour sa future maison des associations, qui va s’installer dans le château Sainte-Barbe. Pour le reste, 25000 € seront consacrés à l’extension d’une école à Clamart, et 5000 € à la création d’une épicerie solidaire à Châtillon.

A droite

Les nouveaux députés jouent également volontiers la carte de la transparence. « L’opinion attend de nous davantage de clarté », clame Jean-Christophe Fromantin, député UDI de Neuilly-Puteaux qui glisse au passage que sa commune (Neuilly) n’a pas reçu un centime de réserve parlementaire entre 2008 et 2012. Pas rancunier, il a décidé d’utiliser la moitié de son enveloppe pour soutenir des associations sociales et culturelles sur les deux communes. L’autre moitié sera consacrée au mécénat de jeunes artistes neuilléens.

A Boulogne, Thierry Solère (UMP) a failli refuser sa réserve et assure qu’il aurait voté sa suppression sans regret. « Quand il s’agit d’argent public, je trouve que l’arbitraire n’a pas sa place », estime le député qui a décidé de soutenir des associations comme les Clowns médecins, le Secours catholique, le Secours populaire et SOS Prématurés.

Du côté des habitués des bancs de l’Assemblée, les nouvelles règles ne semblent pas créer davantage de vagues. Même si certains voient leur enveloppe diminuer. C’est le cas d’André Santini, député UDI de la 10e circonscription (Issy, Vanves, Boulogne-Sud) depuis 1988 dont la réserve était de 150000 € par le passé. « Je suis favorable à ce que tous les députés touchent la même somme et que son utilisation fasse l’objet d’une publication officielle », assure le député-maire, qui versera 5000 € à l’association boulonnaise les Meeting Cafeteuses et 10000 € à Vivre à Boulogne-Billancourt. Il pense aussi utiliser 40000 € pour financer un parcours de la mémoire dans le futur quartier du Fort d’Issy, 35000 € pour la réfection du toit de la ludothèque d’Issy et 40000 € pour aider le bibliobus de Vanves.

Patrick Balkany, député UMP de Clichy-Levallois, a décidé d’utiliser la quasi-totalité de sa réserve pour financer la création de sections handisport ainsi que des actions sportives au Levallois Sporting Club.

Enfin, Patrick Devedjian, député UMP de la 13e (Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Sceaux) explique ne pas avoir pu bénéficier de sa réserve sur la période 2012-2013 compte tenu de l’invalidation du scrutin. »

Lire aussi

En raison de la période de réserve électorale, ce site Internet n'est plus actualisé jusqu'au 18 juin 2017.

Je demeure néanmoins votre députée et continue, avec mon équipe, à travailler à votre service.

Fidèlement,
Julie Sommaruga
Votre députée