L’égalité territoriale et les quartiers populaires, priorité pour la gauche

1 mars 2013
L’égalité territoriale et les quartiers populaires, priorité pour la gauche

François Lamy, ministre chargé de la ville, a présenté le 19 février les conclusions de la concertation sur la politique de la ville menée depuis plusieurs mois. Je me réjouis de cette méthode collégiale qui a permis la mobilisation des acteurs de terrain, des citoyens et des élus locaux en faveur de nos quartiers.

Le travail mené vient conforter les constats dressés par la Cour de Comptes en septembre 2012 : politique insuffisamment pilotée, manque d’articulation entre la rénovation urbaine et les enjeux sociaux, répartition insatisfaisante des crédits spécifiques de la politique de la ville. Depuis plus de 10 ans, la politique de la ville ne permet pas d’enrayer l’accroissement des inégalités entre les territoires.

L’accompagnement des quartiers relevant de la politique de la ville se fait trop souvent au détriment de la mobilisation de l’ensemble des politiques publiques dites de droit commun. Face à cette situation, c’est toute la République qui doit se mobiliser en faveur de ces quartiers en matière :

–   d’emploi, ce qui est fait avec les emplois d’avenir, les nouveaux emplois francs, un encouragement à développer des réseaux entre Pôle Emploi, missions locales et associations de terrain et un accès facilité aux antennes Pôle Emploi au cœur même des quartiers   ;

–        d’éducation, avec la priorité donnée à l’enseignement primaire ou avec le dispositif « plus de maîtres que de classes » dans les ZUS, notamment pour permettre la scolarisation des enfants de 2 à 3 ans ;

–        de santé, avec le développement des maisons et centres de santé ;

–        de sécurité, avec la création des zones prioritaires de sécurité et surtout avec un effort de prévention accru et une nouvelle relation police – population.

Dès décembre, le Premier ministre s’est engagé dans la bataille en mobilisant des crédits au sein de l’ensemble des ministères et des services publics pour concentrer leur action vers ces territoires. Je soutiens bien entendu cette démarche volontariste de promotion de l’égalité républicaine.

Avec une nouvelle génération de contrat, l’État s’engagera tant pour ces fonds de droit commun que pour ceux de la politique de la ville qui retrouveront leur vocation de renforcer l’effort. La nouvelle géographie permettra d’identifier des «quartiers prioritaires» et de créer les conditions d’un véritable effet levier au service de l’égalité territoriale tout en enrayant les logiques de saupoudrage des crédits précédents.

L’implication des habitants est un enjeu prioritaire. C’est une condition de réussite pour ces territoires car elle exige de restaurer « un véritable pouvoir d’agir » des citoyens sur leur quartier et sur leur destin. Cette réforme ambitieuse proposée par François Lamy qui rompt résolument avec la démarche de la droite en alliant développement humain et urbain pour les huit millions d’habitants des quartiers populaires.

Lire aussi

En raison de la période de réserve électorale, ce site Internet n'est plus actualisé jusqu'au 18 juin 2017.

Je demeure néanmoins votre députée et continue, avec mon équipe, à travailler à votre service.

Fidèlement,
Julie Sommaruga
Votre députée