Intervention en séance lors du projet de loi refondation de l’école

12 mars 2013
Intervention en séance lors du projet de loi refondation de l’école


130311_motion de renvoi en commission par juliesommaruga

 

Mme la présidente. Pour les explications de vote, la parole est à Mme Julie Sommaruga pour le groupe Socialiste, républicain et citoyen.

Mme Julie Sommaruga. Mes chers collègues, j’ai cru comprendre dans les propos de M. Apparu que l’opposition remettait en question son bilan concernant l’école, et qu’elle convenait de l’urgence de la situation. C’est plutôt une bonne nouvelle, et c’est l’occasion de rappeler que ce projet de loi est une réponse cohérente, réfléchie et efficace face à l’urgence. Il nous donne enfin les moyens de lutter contre la reproduction des inégalités sociales à l’école. Cela signifie que nous proposons d’agir, lorsque vous proposez de renvoyer le débat en commission, c’est-à-dire de perdre du temps. Ce n’est pas du tout la même chose.

Pendant dix ans, la droite a laissé l’école se dégrader, et lorsqu’elle a agi, elle n’a réfléchi qu’en termes d’économies par des suppressions de postes.

M. Bernard Roman. Bien sûr !

Mme Julie Sommaruga. Et à présent l’opposition, qui a été au pouvoir pendant dix ans, veut encore repousser le débat par cette proposition de renvoi en commission !

Il s’agit donc purement et simplement d’immobilisme : proposer une motion de renvoi en commission sur ce texte essentiel ne consiste qu’à retarder la possibilité de donner un avenir meilleur à l’école, aux élèves, aux enseignants et aux parents, tous ceux que vous avez ignorés pendant dix ans.

Nous voterons contre cette motion de renvoi car le texte qui nous est présenté aujourd’hui est le fruit d’une longue et riche concertation, ne vous en déplaise.

M. Bernard Roman. Très bien !

Mme Julie Sommaruga. Il contient des mesures nouvelles innovantes et nécessaires, qu’il s’agisse de la création de 60 000 postes, la priorité donnée au primaire, le fait d’avoir plus de maîtres que de classes, la formation des enseignants, la scolarisation des tout-petits, l’enseignement des langues étrangères dès le CP, le développement du numérique, la fin de la stigmatisation des écoles dans les quartiers populaires, le développement de l’enseignement professionnel, et tant d’autres.

Votre motion de renvoi ne démontre finalement qu’une chose : vous êtes opposés à toutes ces mesures indispensables. Non, il ne faut pas renvoyer à plus tard ces avancées vitales pour l’école, il faut voter ce texte de loi dès maintenant ; c’est pourquoi nous ne voterons pas votre motion de rejet. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et écologiste.)

Lire aussi

En raison de la période de réserve électorale, ce site Internet n'est plus actualisé jusqu'au 18 juin 2017.

Je demeure néanmoins votre députée et continue, avec mon équipe, à travailler à votre service.

Fidèlement,
Julie Sommaruga
Votre députée